La forêt domaniale de l'Aigoual

 

 

En construction

L'histoire

La FORÊT DOMANIALE deL'AIGOUAL

forêt méditerranéenne, t. VII. n o 1, 1985

En 1875, Georges Fabre arrive dans le Gard comme garde général des eaux et forêts après quelques années passées à Mende au début de sa carrière (1868); il prend la direction du Service des reboisements où il devait rester jusqu'à sa nomination comme Conservateur à Nîmes (1900). Tout de suite il réalise quelques acquisitions de terrain de gré à gré, dès 1877, dans le périmètre de la Dourbie, et en 1879, dans celui de l'Hérault. Les expropriations de terrain ne commencèrent dans ces périmètres qu'en 1886.

En exécution de la loi du 4 avril 1882, les périmètres de 1865 furent révisés et tout de suite G. Fabre marqua les nouveaux projets de son esprit d'initiative et de réalisation.
La loi de 1882 restreint les limites des périmètres obligatoires au danger né et actuel. D ans certaines régions l'application de la loi fut strictement limitée aux ravinements mêmes. Fabre voyait plus large : dans un rapport de 1895, proposant l'établissement du périmètre de la Dourbie, il exposait que les sables entraînés du Massif de l'Aigoual contribuaient, pour une part importante (1/10o, soit 600 000 m3 par an) à l'envahissement des passes de la Gironde, et, par suite, du port de Bordeaux.

" Une prochaine décadence, écrivait-il, menace notre troisième port marchand en France, j adis le premier; là est le danger né actuel grave et redoutable ".
Et il concluait : " Cette obstruction fatale du port de Bordeaux est un danger public contre lequel les draguages ne sont qu'un palliatif insuffisant. La restauration forestière des Hautes Cévennes du bassin de la Dourbie ne peut se faire d'une façon réellement efficace et utile qu'en éteignant une à une les mille ramifications supérieures des grandes rivières torrentielles (Bramabiau, Trévezel, Dourbie). Ce résultat ne peut être obtenu qu'en couvrant toutes les pentes ravinées d'un manteau forestier continu. Il faut donc, en un mot, établir dans le haut bassin de la Dourbie un périmètre largement extensif et non se borner à corriger certains torrents isolés ".

Cette conception des périmètres extensifs a fini par être adoptée par le législateur qui, le 16 août 1913, a supprimé dans la loi de 1882, les mots " dangers nés et actuels ". Les acquisitions de terrains furent réalisées soit à l'amiable, soit par voie d'expropriation, très rapidement. G. Fabre sollicitait les vendeurs avec une inlassable insistance; il suivait les affaires de très près. Il a même engagé de puissantes entreprises (le Creusot) à réaliser avec l'Etat des échanges de terrains profitables à son oeuvre de reboisement.

Ces acquisitions, qui entraînaient l'expulsion de nombreux troupeaux, n'allaient pas sans soulever des difficultés avec la population locale. Mais le service sut en général se concilier cette population en lui fournissant du travail : G. Fabre veillait à lui réserver .tous les travaux aux dépens d'entrepreneurs extérieurs à la région. " Ainsi que nous l'avons expliqué, écrivait-il le 26 novembre 1886, il importe que la population pauvre puisse se réconcilier un peu avec le service forestier, en participant tout entière aux travaux. Aussi, demandons-nous que les travaux d'ouverture de sentier soient exécutés en régie ".

Georges Fabre voyait encore plus large : il entendait rendre vie à la montagne en lui apportant une économie nouvelle à la place d'une économie ruinée : dans ce Haut Pays, qui était le domaine de l'arbre et accessoirement celui de l'herbe, tout avait été sacrifié au pâturage extensif; il s'agissait de rétablir l'arbre, mais aussi de ne pas chasser les populations : " éteindre un foyer, laisser crouler une maison dans la montagne, c'est tarir les sources où la patrie puise sa force " disait-il. Pour éviter cela autant que possible , il fallait respecter les terrains de culture et les prés nécessaires aux habitants, employer pour les travaux toute la main d'oeuvre locale, et ouvrir des voies d'accès facile désenclavant au passage les fermes ou hameaux isolés.
Dans l'ensemble, les acquisitions et reboisements ont porté sur des terrains situés au-dessus de 800 à 1 000 rn d'altitude et ont été réalisés pour les 3/4 par Georges Fabre de 1 880 à 1907.
Depuis, tant dans les limites strictes de l'Aigoual qu'à se ses abords immédiats, un total d'environ 16 000 ha de bois domaniaux a été constitué ou reconstitué par une patiente politique d'acquisitions amiables dont les résultats successifs sont les suivants : - 1931 : 13 766 ha, - 1968 : 15 309 ha, - 1976 : 15 588 ha - 1983 : 15 783 ha.

Source : ONF / forêt méditerranéenne, t. VII. n o 1, 1985


Georges Fabre

Georges Fabre était un ingénieur forestier français, né le 6 juin 1844 à Orléans, mort à Nîmes le 21 mai 1911, célèbre par son action dans la création de l'observatoire du mont Aigoual et le reboisement du massif. S'il est né à Orléans, il était originaire de La Canourgue[1], non loin du mont Aigoual et des Causses qu'il a reboisé.Polytechnicien, il entre en 1866 à l'école nationale forestière de Nancy et sort major de sa promotion en 1868. Garde général des Eaux et Forêts, à Dijon, puis à Mende de 1868 à 1875, il est ensuite nommé sous-inspecteur, puis inspecteur à Alès. Directeur du service des reboisements du Gard jusqu'en 1900, il consacrera la plus grande part de sa carrière au développement de la forêt du massif de l'Aigoual avec la collaboration de Charles Flahault et à la création de l'observatoire météorologique au sommet même. Nommé conservateur des Eaux et Forêts à Nîmes en 1900, il y demeurera jusqu'à sa retraite en 1909

 

L'actualité

 

Projet de révision d’aménagement de la forêt domaniale de l’Aigoual 30

Analyse du document transmis pour avis et approbation au titre du L122-7 du code forestier

(par courrier du 10 janvier 2017)

 


 

Deux gestionnaires pour une forêt : de la tactique au débat de fond

LARRERE Raphaël; NOUGAREDE Olivier; POUPARDIN Denis.

Mots-clés : Aménagement , Administration , Économie , Forêt , Sylviculture , Parc national des Cévennes , Mont AigoualRésumé : Des missions et des contraintes différentes pèsent sur les activités de l'Office national des forêts et du Parc national des Cévennes. Présentant les rapports qui se sont noués entre les deux organismes, ce texte tente de saisir, au-delà des conflits de compétence et des divergences de point de vue, ce qui semble en fin de compte structurer les débats sur les objectifs de la gestion forestière : l'opposition de deux représentations savantes de la nature.

Lisez l'intégralité de ce document...


La forêt Domaniale de l'Aigoual est composée de séries, de divisions regroupés en aménagements forestiers.

Les anciennes séries ou divisions de la forêt domaniale de l'Aigoual

Ces aménagements sont remis à jour tous les 15 ou 20 ans. Ce sont des inventaires de toutes les ressources de cette forêt domaniale. La cartographie y est particulièrement riche. Ils vous sont proposés par l'Association de Défense des Habitants Contribuables de l’Aigoual.


Projet de réorganisation des séris d'aménagements en forêts domaniales de l'Aigoual

Carte des nouvelles divisions en cours d'élaboration de la forêt domaniale de l'Aigoual



Il à été long et difficile (plus d'un an et demi) de réunir les Lois, directives et réglementations, les aménagements forestiers et les documents relatifs à la vente de coupes de bois par appel d'offres dans la Forêt domaniale de l'Aigoual en 2009, 2010, 2011 et 2012 pour la forêt domaniale de l'Aigoual. Sur le papier, les choses paraissent claires.


Dans ce dossier nous vous proposons :

Dans ce dossier nous vous proposons une documentation à ce sujet :

Les aménagements forestiers des divisions ou séries de la forêt domaniale de l'Aigoual
En foresterie, l'aménagement forestier est la planification rationnelle de la gestion d'un massif forestier ou idéalement de parcelles homogènes ou cohérentes (dite « unité de gestion » pour le FSC) du point de vue biogéographique.

Ces aménagements sont remis à jour tous les 15 ou 20 ans. Ce sont des inventaires de toutes les ressources de cette forêt domaniale. La cartographie y est particulièrement riche. Ils vous sont proposés par l'Association de Défense des Habitants Contribuables de l’Aigoual.

Les nouvelles divisions

Georges Fabre

Lingas-Cazebonne

Lingas-Saint-Guiral

Montagne de Saint-Sauveur

MontalsLe Suquet

En foresterie, l'aménagement forestier est la planification rationnelle de la gestion d'un massif forestier ou idéalement de parcelles homogènes ou cohérentes (dite « unité de gestion » pour le FSC) du point de vue biogéographique. La connaissance très précise des caractéristiques propres à chaque forêt permet d’orienter sa gestion à moyen et à long terme, dans le respect de la politique forestière et des principes de la gestion durable. C’est l’enjeu des aménagements forestiers, outils de planification des actions à mener dans les forêts qui relèvent du régime forestier (essentiellement forêts domaniales et forêts des collectivités locales).

Dans le massif de l'Aigoual c'est l'Office National des Forêts qui assume la gestion de la Forêt Domaniale de l'Aigoual.



Le chemin des morts, un exemple de la réalité de cette exploitation menée sous la direction de l'Office National de la Forêt dans le Parc National des Cévennes.

Ce sujet sera repris par la presse régionale avec un titre évocateur :



Aux arbres citoyens

Nous dénonçons ce qui ressemble à la destruction programmée de certains des plus beaux espaces forestiers dans le Parc National des Cévennes.

La question qui se pose : est-ce que la réglementation est réelement respectées ?

Nous dénnoncons ce qui resemble à la destruction programée de certains des plus beaux espaces forestirs dans le Parc National des Cévennes.




On ne peut protéger que ce que l'on connait.

Associations, sindicats et citoyens se doivent d'être vigilant et de veiller à ce que les lois, directives et réglementations soient respectées afin de contribuer à la protection de l'extraordinaire milieu dans lequel nous vivons : le massif de l'Aigoual.

Voila une série de documents exceptionnels qui doivent faire mieux connaitre l'extraordinaire région que sont les Forêt domaniale de l'Aigoual. Ces documents doivent vous aider à mieux connaitre, mieux appréhender, mieux protéger, aimer cette extraordinaire région : le massif de l'Aigoual.

En sylviculture, les rémanents sont les restes de branches ou de troncs mal conformés abandonnés en Forêt par les exploitants pour leur faible valeur commerciale, ou parfois pour des raisons écologiques (le bois mort étant nécessaire pour la production de l'humus forestier, du cycle du carbone, et les équilibres écologiques). Ils peuvent constituer de 25% à 50% de la partie aérienne de l'arbre 1, soit un volume non négligeable lors de l'exploitation notamment quand elle se fait en coupe rase.

Le Parc National des Cévennes Signe un protocole de travail avec E.ON

A Florac, le 8 janvier 2014

Le président du conseil d’administration du Parc national des Cévennes, Jean de Lescure, et le président du directoire d’E.ON France, Luc Poyer, ont signé un protocole de travail mercredi 8 janvier à 15h à Florac au siège de l’établissement public du Parc national.

Ce protocole a été signé devant la presse ce mercredi 8 janvier par Luc Poyer, président du directoire d’E.ON France, et Jean de Lescure, président du conseil d’administration du Parc national, en présence de Stéphane Morel, secrétaire général d'E.ON, et de Jacques Merlin, directeur de l'établissement public du Parc national.

Lisez l'intégralité de ce document...

Quel va être l'impact sur la forêt donaniale de l'Aigoual ?E.on / Gardanne / biodiversité et objectifs environnementaux et pratiques d'exploitation forestière dans les forêts domaniales du massif de l'Aigoual.

En vrac, voici quelques infos et quelques questions qui devraient nous amener à un vrai débat sur ce projet afin de nous aider à mieux appréhender ce difficile sujet. Merci de bien vouloir enrichir ce débat qui ne devrait laisser personne indifférent. Ce document évolue très vite, grâce aux nombreuses réactions qu'il suscite. Merci de l'enrichir…

E.on or not E.on that is the question




Les aménagements forestiers et leurs annexes sont des documents administratifs.
Ils sont consultable par tout citoyen.

Ils sont protégés par la Loi. L'ONF et IGN en sont les auteurs.

Nous remercions l'ONF pour nous en avoir facilité leur communication.




Bilan patrimonial des forêts domaniales

Edition 2006

Les forêts domaniales constituent un patrimoine naturel de haute valeur.

L’ONF s’est engagé dans la réalisation du premier bilan patrimonial des forêts domaniales, démarche initiée dans le cadre du contrat avec l’Etat pour la période 2001-2006.

L’objectif est de fournir un panorama équilibré et complet des effets de la gestion durable des forêts domaniales métropolitaines, dans la diversité de leurs composantes économiques, écologiques et sociales.

Les 30 indicateurs sont répartis en quatre enjeux :

- économie et production

- biodiversité et milieux remarquables

- enjeux socioculturels et accueil du public

- risques et santé des forêts.

Outre leur rattachement à l'un des quatre enjeux, les indicateurs font référence aux critères d'Helsinki.En suivant l'état du patrimoine, le bilan constitue un outil privilégié au service de la gestion. Il a pour objectif d'évaluer les effets des opérations de gestion sur l'état des forêts. L'éclairage ainsi apporté sur le patrimoine et sur les résultats de la gestion doit alimenter en retour la réflexion sur les orientations à prendre.

Document de suivi, le bilan participe à nourrir le dialogue entre la planification de la gestion et sa réalisation. Il est désormais dressé tous les cinq ans.

Mot de l'ONF

Le bilan patrimonial est publié selon deux formules :

un premier support papier (300 pp) un second support numérique (CD-Rom) accompagné d’un résumé papier (50 pp).

Toute demande d’exemplaire(s) doit être formulée auprès de la documentation technique de l’ONF (coordonnées ci-dessous).


Pour vous le procurer • Contacter la Documentation technique de l'ONF
Boulevard de Constance - 77300 Fontainebleau
Tél. 01 60 74 92 24

La version résumée du bilan patrimonial 2006

Quelques résultats clefs du bilan patrimonial 2006

Les 10 indicateurs du bilan patrimonial 2006 qui évaluent l’économie et la production

Les 10 indicateurs du bilan patrimonial 2006 qui évaluent la biodiversité et les milieux remarquables

Les 5 indicateurs du bilan patrimonial 2006 qui rendent compte des enjeux socio-culturels et d’accueil du public

Les 5 indicateurs du bilan patrimonial 2006 pour rendre compte des risques et de la santé des forêts

L'interview de Julien Bouillie, qui a conduit la mise en œuvre du bilan patrimonial 2006

Point sur - Le bilan patrimonial 2006 des forêts domaniales




Association Causses-Cévennes d'action citoyenne
Avenue du Devois, Le Devois, Saint Sauveur Camprieu, 30750, tel 0467826111.
Site internet : http://www.adhca.com, http://www.accac.eu Email: adhca@live.fr , accac@free.fr

 


 



 






















































































.






















Biodiversité,
objectifs
environnementaux
et pratiques
d’exploitation
forestière
dans les
forêts domaniales
du massif
de l'Aigoual


















































































































































Rene Pical








La Réglementation



 


















 

 





















Propositions de l'ACCAC



 











E.on or not E.on that is the question !




 



Biodiversité,
objectifs environnementauxet pratiques d’exploitation forestière
dans les
forêts domaniales
du massif
de l'Aigoual







Le chemin des morts

 

 

Coupe rase en zone cœur





 

 


 

 




Phototheque Charles-Flahault