Forest Focus / RENECOFOR / IPC Forest



Le mont Aigoual héberge un programe extraordinaire : RENECOFOR

Programme soutenu financièrement par :
- le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt
- le ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie
- l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie
- l’Office national des forêts


Le réseau RENECOFOR (réseau national de suivi à long terme des écosystèmes forestiers) a été créé en 1992 par l’Office national des forêts (ONF) afin de compléter le système de surveillance sanitaire des forêts françaises (Barthod, 1994). Il répond à l’engagement international de la France à la convention de Genève sur les pollutions transfrontières à longue distance, à la suite de l’épisode des « pluies acides » et des questionnements apparus en Europe sur leurs conséquences pour les forêts. Il constitue la partie française d’un ensemble européen d’environ 800 placettes permanentes installées dans une quarantaine de pays – niveau II du Programme international concerté sur l'évaluation et la surveillance des effets de la pollution atmosphérique sur les forêts (ICP Forests). Il répond aux exigences de la résolution S1 de la Conférence ministérielle sur la protection des forêts en Europe, qui s’est tenue en 1990 à Strasbourg et aux règlements communautaires publiés depuis (les derniers en date : « Forest Focus » et LIFE+). Des 3 réseaux français de surveillance, qui ont été établis de manière cohérente, RENECOFOR est celui qui collecte le plus grand nombre d’observations. Sa conception a bénéficié des acquis du programme de recherche DEFORPA (dépérissement des forêts attribué à la pollution atmosphérique) mené de 1984 à 1991 (Landmann et Bonneau, 1995).

Source : Bilan technique de l’année 2014, Manuel NICOLAS, Historique et objectifs du réseau RENECOFOR


Objectifs initiaux

L’objectif principal du réseau RENECOFOR est de détecter d’éventuels changements à long terme dans le fonctionnement d’une grande variété d’écosystèmes forestiers et de caractériser les raisons de ces changements. Les objectifs officiels suivant la résolution n° 1 de Strasbourg sont :

• Chercher à établir des corrélations entre la variation des facteurs environnementaux et la réaction des écosystèmes à l’aide de 102 peuplements étudiés intensivement sur l’ensemble du territoire français métropolitain ;

• Approfondir les connaissances sur l’évolution des écosystèmes français durant 30 ans (tendances, variations, cycle nutritif) ;

• Aider à déterminer le niveau des charges critiques en polluants susceptibles de déstabiliser les forêts ;

• Aider à mieux interpréter les observations du réseau systématique européen de niveau I (16 x 16 km).

Un cinquième objectif s’est ajouté avec le temps car il découle de l’expérience avec les utilisateurs :

• Augmenter de manière importante les connaissances scientifiques de base sur les forêts et leur hétérogénéité.

(....)

L’équipe de coordination apporte son soutien aux projets de valorisation émanant d’utilisateurs externes.

· Elle met ses données à disposition gratuitement sur demande et apporte son expertise pour leur utilisation. En 2014, elle a répondu à 25 demandes de données. Le programme ICP Forests a également relayé 10 demandes faites auprès de sa base de données centralisée et concernant des données émanant du réseau RENECOFOR.

· Elle met également à disposition gratuitement ses échantillons archivés (ex : thèse de S. Negro) et ses sites (ex : projet PotenChêne), à condition que les mesures envisagées ne portent pas atteinte aux missions de suivi du réseau RENECOFOR.

Elle contribue à la construction et à la mise en oeuvre de projets de recherche.

· Participation au comité de thèse de Sara Negro (le 15/04/2014 à Chambéry) sur la dynamique des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) provenant des pollutions atmosphériques.

· Participation au comité de thèse de Simon Rizzetto (le 02/12/2014 à Toulouse) sur la modélisation de l’impact du changement climatique et des dépôts atmosphériques d’azote sur les cycles biogéochimiques et la flore forestière.

· Participation au projet PotenChêne (potentiel de régénération des chênaies dans le contexte du changement climatique: quel avenir pour le masting et les consommateurs de glands ?), retenu dans le cadre du programme « Biodiversité, gestion forestière et politiques publiques » (réunion de lancement le 09/10/2014 à Lyon) (projet soutenu par le Département RDI de l’ONF).

· Participation au projet ENFORME (essENces FORestières en MElange : contribution à la qualité biologique et fonctionnelle des sols), placé sur la liste complémentaire du programme « Biodiversité, gestion forestière et politiques publiques » et finalement non retenu.

· Participation au projet piCaSo (pilotage sylvicole et contrôle pédologique des stocks de carbone des sols forestiers), dans le cadre du programme REACCTIF 2 (réunion de lancement le 26/11/2014 à Paris).

· Participation au projet INSENSE (Indicateurs de sensibilité des écosystèmes forestiers soumis à une récolte accrue de biomasse) dans le cadre du programme REACCTIF 2 : contribution à la constitution d’une base de données de sol à partir de différentes sources de données nationales (projet soutenu par le Département RDI de l’ONF).

· Participation à la rédaction du rapport final du projet SESAME (20 ans de mesureS des retombEeS AtMosphériquEs en France) dans le cadre du programme PRIMEQUAL 2 (Pascaud et al., 2014).

Elle participe à la construction d’outils et d’indicateurs de suivi.

· Participation au projet PASSIFOR (Proposition d'Amélioration du Système de Suivi de la biodiversité FORestière) (Atelier les 26 et 27/08/2014 à Paris).

· Participation à la préparation de l’édition 2015 des Indicateurs de Gestion Durable des forêts françaises métropolitaine.


Les objectifs

Aujourd'hui le réseau est constitué de 102 sites d'observation permanents qui seront suivis pendant au moins 30 ans (1992-2022).

Ces sites d'observation sur le terrain sont dénommés placettes

Les objectifs sont :

  • suivre l'évolution d'écosystèmes forestiers, principalement à vocation de production, sous l'effet de facteurs externes, en particulier le changement climatique (fonction d'observatoire)

  • contribuer à la détermination et à la compréhension des relations de causes à effets entre les facteurs externes et les évolutions constatées, et utiliser cette connaissance pour la prévision et l'établissement de scénarios grâce à la modélisation

  • continuer les mesures et les observations des écosystèmes forestiers en lien avec d'autres dispositifs ou expérimentations, en développant le partenariat

  • aider les gestionnaires forestiers sur leurs choix afin d'assurer une gestion durable des forêts.

Les phénomènes à mesurer et observer sont :

  • la réaction des écosystèmes forestiers aux évolutions du climat

  • le cycle des éléments nutritifs en forêt, notamment en relation avec les dépôts atmosphériques

  • l'évolution de la biodiversité.


Les résultats des mesures, observations et prélévements

Les réactions de la forêt aux évolutions du climat

Le changement climatique aura sûrement une influence sur la répartition et la composition de la forêt. Pour réaliser un suivi de la réaction de la forêt à ces changements, deux outils sont en place : les observations phénologiques et les mesures météorologiques.

L'alimentation des arbres et la pollution atmosphérique

Afin de surveiller l’état de santé des forêts, il est indispensable de suivre l’alimentation des arbres en lien avec la fertilité des sols et les dépôts atmosphériques.

Les évolutions de la biodiversité

La forêt abrite une flore spécifique. Cette flore est un précieux bio-indicateur de l’état de santé des écosystèmes forestiers et des changements environnementaux (changement climatique, dépôts atmosphériques, évolution du sol ...).


Les placettes sur le terrain


http://www.onf.fr/renecofor/sommaire/renecofor

Un réseau de surveillance

Les objectifs

Accédez au site ONF / RENECOFOR

L'évaluation

15 ans de suivi des écosystèmes forestiers

Résultats, acquis et perspectives de RENECOFOR

Ce hors série a été coordonné par Erwin Ulrich, responsable du réseau RENECOFOR, avec l’aide de Bernard Vannière (retraité, ancien
chef du Département Recherche ONF) et Christine Micheneau.

Ce 4ème numéro hors-série constitue les actes du colloque "15 ans de suivi intensif des écosystèmes forestiers : les résultats, les acquis et perspectives de RENECOFOR (Réseau national de suivi à long terme des écosystèmes forestiers)" qui s'est tenu à Beaune du 9 au 11 mai 2007.

Ce colloque avait pour objectif de dresser le bilan de 15 années d'existence de RENECOFOR et d'esquisser les perspectives d'avenir. Les trois journées ont alterné des sessions de communication, des ateliers de réflexion et des présentations de posters. Ce riche contenu est intégralement restranscrit dans ce numéro hors-série des Rendez-vous techniques.

Lisez l'intégralité de ce document...Attention 43 Mo


L’exemple du Mont Aigoual, placette HET 30 : communiquer ou pas ?

Guy MONZO
Francis MILHAU
ONF, agence du Gard - Unité territoriale de l'Aigoual

Site HET 30 est composé d'un peuplement pur de Hêtres (Fagus sylvatica). Cette futaie régulière, âgée de 149 ans (en 2000), provient de rejets de souches. Elle se situe dans une zone de montagne, en forêt domaniale de l'Aigoual, sur un versant exposé sud-ouest, avec une pente moyenne de 25 %. Ce site possède le plus haut peuplement de Hêtre du réseau (1400 m).

Lisez la suite...


Résultats de l’enquête sur l’évaluation du réseau RENECOFOR

Résultats de l’enquête sur l’évaluation du réseau RENECOFOR
15 septembre 2006
Rédigé par E. ULRICH, L. CROISE M. LANIER

Les résultats condensés présentés dans ce document comprennent des regroupements en catégories des réponses libres et des tableaux de synthèse. Nous remercions beaucoup nos collègues de l’Inventaire Forestier National (Pierre - Emmanuel Pinson et Jean-Luc Cousin) d’avoir développé en temps et en heure ce questionnaire complexe, ce qui a beaucoup contribué à l’aboutissement de l’enquête. L’enquête à duré du 19 mai au 23 juin 2006.


2006 : Le rapport final de la première évaluation du réseau RENECOFOR

• 2006 : Les avis du comité scientifique de l'ONF sur la question : quelles évolutions possibles pour RENECOFOR ?

• 2013 : Le rapport d'auto-évaluation support de la deuxième évaluation, Manuel NICOLAS, Luc CROISE, Marc LANIER, Sébastien CECCHINI

• 2013 : Le rapport final de la deuxième évaluation du réseau RENECOFOR, Laurent AUGUSTO, INRA-Bordeaux, France;
Catherine BASTIEN, INRA-Orléans, France; Eric DUFRENE, CNRS, Université Paris-Sud XI, France; Christine FARCY (présidente), Université de Louvain, Belgique; Jean-Christophe HERVE, IGN, France; Hervé JACTEL, INRA-Bordeaux, France; Elisabeth PANNATIER, Swiss Federal Research Institute-WSL, Suisse.

A la suite de sa deuxième évaluation (2013), le réseau s'est doté d'un Comité de pilotage scientifique, composé de chercheurs et de représentants de ses bailleurs de fonds. Ce comité a pour but de suivre les activités du réseau d'année en année et de lui apporter expertise et appui dans ses orientations.

L'année 2014 a été marquée notamment (outre les activités de suivi et de maintenance annuelles des sites du réseau) par :

l'organisation de deux campagnes quinquennales d'inventaires dendrométriques (2014/2015) et d'inventaires floristiques (2015) sur l'ensemble des 102 sites
des résultats d'analyse de données concernant les tendances des dépôts atmosphériques, l'évolution des propriétés des sols, les variations des cortèges de champignons supérieurs
des contributions aux travaux des chercheurs dans des domaines variés, tant au plan national qu'au plan international.

Le bilan technique de l'année 2014



Gestion durable : L'observation à long terme

Le dispositif de surveillance de la santé des forêts en France

Ce dispositif repose sur trois réseaux de surveillance : le réseau des correspondants observateurs, le réseau systématique 16x16 km et le réseau RENECOFOR. Ces réseaux, qui ont une couverture nationale, répondent chacun à des objectifs distincts qui ne pourraient être remplis par un réseau unique. Ces deux réseaux sont donc complémentaires et collaborent beaucoup.

Il répond à des objectifs multiples couvrant l'expertise phytosanitaire, le suivi dans le temps et dans l'espace de l'état sanitaire des forêts et des populations de ravageurs, et une meilleure compréhension des facteurs impliqués dans le fonctionnement des écosystèmes forestiers.

Lisez la suite ...


Pollution atmosphérique par les métaux en France

Dix ans de biosurveillance des retombées

Catherine RAUSCH de TRAUDENBERGERG, Laurence GALSOMIES , Yann MARTINER

La pollution de l'air est un enjeu environnemental majeur et une préoccupation sociétale importante. Les métaux dans l'air sont à surveiller car, s'accumulant dans la biosphère et n'étant pas biodégradables, ils peuvent être persistants, se retrouver ainsi transférés le long de la chaîne alimentaire et, de part leur toxicité, provoquer d'éventuels effets sur la santé humaine. Le présent ouvrage expose de façon synthétique et méthodique les acquis obtenus par l'observatoire BRAMM, mis en place par l'ADEME dans le cadre de campagnes européennes. Il donne une évaluation indirecte et relative de la dispersion des métaux par voie aérienne et dresse l'importance des surfaces du territoire métropolitain concernées par leurs retombées. Des organismes vivants comme les mousses, accumulant les métaux, ont été utilisés sur plus de 500 sites pour doser douze éléments : aluminium, antimoine, arsenic, cadmium, chrome, cuivre, fer, mercure, nickel, plomb, vanadium et le zinc. Cette troisième publication sur le sujet des retombées atmosphériques métalliques présente pour la première fois, les résultats d’une biosurveillance sur dix années en France. Elle a été rendue possible grâce à l'ADEME qui soutient l'observatoire BRAMM et par le Muséum National d'Histoire Naturelle, qui a mis en oeuvre la troisième campagne nationale de biosurveillance. Ce livre intéressera ceux qui sont concernés par la prévention des pollutions et nuisances et/ou par la lutte contre les pollutions, notamment métalliques. Sa lecture sera utile pour comprendre des problèmes environnementaux, par exemple aux étudiants en master de sciences environnementales. Commander cette publication

Retombées atmosphériques :

Les actitivités humaines émettent dans l’atmosphère de nombreuses particules, notamment de soufre et d’azote, qui retombent ensuite au sol lorqu’elles sont entrainées par le précipititations. Ces dépôts soufrés et azotés sont responsables d’importantes dégradations des écosystèmes forestiers et en particulier du dépérissement massif de résineux lié aux « pluies acides » au cours des années 1980, ainsi que de l’acidification durable des sols forestiers. Les dépôts azotés, sous forme de nitrates et d’ammonium, provoquent en effet une acidification des sols forestiers et une augmentation de la concentration en ions hydrogène et aluminium. Les retombées de matières soufrées entrainent également une acidification des sols et, bien que les émissions de soufre aient été réduites de 70 % depuis les années 1980, cette acidification peut encore être effective via le drainage des sulfates accumulés par le passé (Nicolas et al., 2008).

La Liste rouge des écosystèmes en France Habitats forestiers de France métropolitaine – Recueil des études de cas


L'ozone et la forêt

Qu'est-ce que l'ozone?

L'ozone est un gaz formé de trois atomes d'oxygène (O3) dégageant une forte odeur lors de fortes concentrations.

Il faut bien différencier l'ozone contenu dans la stratosphère (entre 12 et 40 km d'altitude) et celui présent dans la troposphère (entre le sol et 12 km). La limite entre ces deux couches s'appelle la tropopause. Il y circule des vents violents et le gradient thermique vertical s'y inverse. Ces deux phénomènes empêchent quasiment les échanges entre couches.

L'ozone stratosphérique protège la vie sur la terre en filtrant une partie des rayons ultraviolets : elle est couramment appelée couche d'ozone. L'ozone de la troposphère devrait être naturellement faible. Mais il s'en forme dans l'air chargé en polluants dit "primaires" tels que les oxydes d'azote qui sont produits par la combustion des carburants fossiles (automobile, chauffage...) et les composés organiques volatils provenant des émissions naturelles et humaines (automobile, raffinerie, combustion des déchets). Ces réactions sont actionnées par le rayonnement solaire.

Effet de l'ozone sur la végétation concentrations d'ozone (2001-2003)


Bilan technique
de
l’année 2014

Le réseau RENECOFOR est un outil de suivi des écosystèmes forestiers unique en France.

Son organisation basée sur la contribution d’environ 250 agents de l’ONF et de multiples partenaires externes a permis encore en 2014 de mener à bien les tâches prévues dans son calendrier d’activité. Les travaux de valorisation des données apportent des résultats inédits
sur les variations spatiales et temporelles de différents paramètres de suivi des écosystèmes (dépôts atmosphériques, propriétés des sols, diversité fongique et floristique) et contribueront à accroître les potentialités d’utilisation du réseau. L’équipe de coordination veille à apporter
l’appui nécessaire aux projets de valorisation émanant d’utilisateurs externes et s’attache à améliorer progressivement la visibilité du réseau sur Internet.

Lisez la suite...




Ce programme est à l'origine d'un nombre incalculable de thèses, études, publications etc...

Tous les mercredis depuis plus de 24 ans, un agent de l'ONF, Joël Monzo, effectue un relevé d'échantillons dans la station HET 30 au col de la Seyrrerède et dans la forêt au pied du mont Aigoual. Cette même opération est effectuée dans plus de 100 autres stations.

Ces prélèvements font l'objet d'analyses et d'un archivage. Ils constituent une banque de données. Cette banque de données est à la disposition de la recherche. Il s'agit de l'analyse de la contamination en milieu forestier, son impact sur le sol et la flore.

Association Causses-Cévennes d'action citoyenne a obtenu la communication de plusieurs centaines de documents que nous mettons à la disposition, sur simple demande, aux personnes désireuses d'en savoir plus.



Tous nos remerciments et notre admiration à la formidable équipe qui, avec passion, fait vivre ce programe.

Les documents cités, cartes, illustrations, photos sont protégés par la Loi © ONF




Association Causses-Cévennes d'action citoyenne

Avenue du Devois, Le Devois, Saint Sauveur Camprieu, 30750, tel 0467826111.
Site internet : http://www.adhca.com, Email: adhca@live.fr