La pollution lumineuse



La réglementation européenne

Les marchés publics écologiques (MPE) constituent un instrument non contraignant. Le présent document récapitule les critères MPE mis au point pour le groupe de produits «Éclairage public et feux de signalisation». Pour un exposé complet des motifs ayant conduit au choix de ces critères et pour de plus amples informations, veuillez consulter le rapport de référence technique ci-joint.

Critères MPE de l’UE pour l’éclairage public et les feux de signalisation

Le règlement européen 245/2009, publié le 23 mars 2009 au JOUE dans le cadre de la directive 2005/32, dite « EuP » (energy using products), touche les lampes fluorescentes sans ballast intégré, les lampes à décharge à haute intensité et les ballasts et luminaires qui peuvent faire fonctionner ces lampes. Il impose, par palier, des critères d’efficacité et de performance ainsi que des obligations d’information et de marquage.

« EuP » et Eclairage : Interdiction des lampes et appareillages énergivores


Dans le cadre de l'invitation du Parc National des Cévennes à paticiper à l'élaboration de l'avant projet de la charte, dans le cadre des mesures suivantes :

L'ADHCA propose que la lutte contre la pollution lumineuse fasse l'objet d'une nouvelle mesure applicable sur tout le térrritoire du Parc National des Cévennes.

Parc National des Cévennes pourrait devenir une des premières régions en Europe à posséder une " réserve de ciel étoilée ".

La nuit pourrait tomber, et pour longtemps, sur le Parc National des Cévennes. L'objectif : se relayer auprès des élus locaux afin de leur faire signer une charte les engageant à adapter les éclairages publics pour qu'ils cessent d'illuminer le ciel en pure perte. A terme de ce travail, les ténèbres devraient vraiment régner en maître sur une cette région. Le Parc National des Cévennes serait alors une des premières région en Europe à posséder une "réserve de ciel étoilée" certifiée par l'International Dark Sky Association (IDA), association américaine experte en qualité nocturne regroupant des astronomes, des biologistes et des écologistes.

Feu d'artifice. A l'origine du combat pour l'obscurité, un constat : chaque nuit, l'activité humaine produit plus de lumière que nécessaire. Qu'elles soient émises par les 8 750 000 lampes allumées tous les soirs sur le territoire français ou qu'elles diffusent sous forme de halos par l'intermédiaire des molécules d'air ou des poussières soulevées par les villes, toutes ces lueurs produisent un feu d'artifice quotidien qui fait pâlir le ciel, cache les étoiles et plonge la planète dans un brouillard phosphorescent.

Selon le Premier atlas mondial de la clarté artificielle du ciel nocturne, une étude réalisée en 2001 par des astronomes italiens et américains sur la base de données satellites couplées à des cartes de densités de population, les deux tiers des habitants des Etats-Unis et plus de la moitié de ceux de l'Union européenne vivraient dans un environnement où il est impossible de distinguer la Voie lactée à l'oeil nu!
Cette observation est à la base d'un mouvement mondial d'opinion qui prend aujourd'hui de l'ampleur. Lancé aux Etats Unis à la fin des années 80 par l'IDA, il réclame, au nom du "droit à chacun de contempler les étoiles", des mesures en vue de réduire la " pollution lumineuse ".
Certes, l'étendue de son impact sur les activités humaines et animales n'est pas encore très claire. S'il ne fait aucun doute que l'excès de lumière nuit aux astronomes, y compris amateurs, dans les autres secteurs, les connaissances manquent.
Des médecins auraient pointé des troubles du sommeil. Des études montreraient une diminution des accidents sur les autoroutes et les ronds-points lorsque leurs lampadaires sont éteints.

Mais surtout, ce rayonnement est accusé d'être ravageur pour une partie de la faune. " Plusieurs espèces dites "lucifuges" comme les lucioles parce qu'elles fuient la lumière, ont vu leurs habitats réduits en quelques années aux rares zones de totale obscurité que compte encore l Hexagone ", explique l'écologue Florent Lamiot, l'un des rares spécialistes français de la question.
" Ces animaux ne sont pas les seuls victimes ", souligne-t-il. Outre les rapaces nocturnes, dont le taux de mortalité est bien supérieur à celui des diurnes, " les oiseaux et les papillons migrateurs, qui voyagent de nuit, sont souvent désorientés par les lumières des villes. Et puis, plus d'un milliard d'insectes meurent chaque année grillés sur les lampadaires ". D'où un travail de lobbying comme celui mené par l'Association nationale pour la protection du ciel nocturne (ANPCN) en vue d'une réglementation. Et des initiatives visant à établir des zones où les émissions lumineuses seraient réduites.

Grenelle. " Pour obtenir le statut de réserve de ciel étoilée, il faut suivre une procédure définie par l'IDA. Mais, d'abord, nous devons dresser un bilan de la pollution lumineuse ". Il est nécessaire d'établir un état des lieux en effectuant une campagnes de mesures réalisées à l'aide de photomètres, et de concentrer les actions auprès des collectivités locales , les plus "polluantes". A terme, proposer la création d'un "corridor biologique" entre la "réserve de ciel étoilée" dans le parc national des Pyrénées, permettant aux espèces nocturnes de circuler à l'abri des lumières. ; Cette " via obscura "serait une des premières en France. Elle a une petite chance de voir... la nuit : la lutte contre la pollution lumineuse est inscrite dans le projet de loi issu du Grenelle de l'environnement. Après tout, cette pollution qui irrite astronomes et zoologues est aussi le fruit d'un grand gaspillage énergétique.

Voir sur le même sujet :

ANPCEN, Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturne
Carte de la polution lumineuse par département

Ciel et Espace


Des villages aussi éteignent leurs lampadaires

Dans l'Essonne, entre 20 et 30 communes coupent leurs éclairages la nuit contre une douzaine il y a cinq ans. Pourquoi éteindre? Pour l'environnement d'abord. Les lampadaires, c'est un jour artificiel qui perturbe la faune, la flore et… les astronomes amateurs car le halo lumineux cache les étoiles. Les extinctions permettent aussi des économies.
En éteignant après minuit, Champcueil espère alléger sa facture d'électricité d'un tiers. Idem à Boutigny. A Bouray-sur-Juine, où les lumières sont éteintes depuis 2008, " on a ramené la facture pour l'éclairage de 20000 € à 12000 € par an ", calcule Jean-François Brunelli, adjoint au maire.
Reste une question, soulevée par les opposants aux extinctions, celle de la sécurité. " C'était l'argument des industriels pour vendre de l'éclairage dans les années 1980, rappelle Christophe Martin-Brisset. Mais l'expérience montre que l'extinction nocturne va dans le sens de la sécurité. " Les voitures d'abord ralentissent dans les villages non éclairés. Les groupes qui errent le soir se dispersent à l'extinction des feux. Et il n'y aurait pas plus de vol. " Fracturer une voiture à la lampe de poche, ce n'est pas discret ", s'amuse un élu.
Dans les rues de Champcueil, l'extinction des feux semble bien acceptée. " Allumer quand on dort, cela ne sert à rien ", estime Emilie. " On va voir à l'usage ", relativise une autre passante, prudente. N'empêche, cela surprend quand une silhouette surgit de l'ombre. A l'exemple de ce noctambule, croisé après minuit : " C'est n'importe quoi, grogne-t-il. Comment on fait pour trouver sa maison! "

BENJAMIN JÉRÔME | 10.05.2010,

Le Parisien.fr


Label villes villages étoilées

L'Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes (ANPCEN), vient de décerner à 64 communes françaises le label "Villes et Villages Étoilés". Ce label récompense les efforts en faveur d'une meilleure qualité de la nuit et la réduction de la pollution lumineuse selon une échelle allant de ½ étoile à 5 étoiles.

C'est la seconde édition du concours qui est soutenu notamment par le ministère de l'Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement et par la Fondation de France.

Les critères d'attribution portent sur les installations et l'organisation de l'éclairage public, l'aménagement des sources lumineuses dans l'espace et leur temps de fonctionnement. Certaines pratiques favorisent l'accès au label comme la maîtrise de la consommation énergétique, l'extinction complète ou partielle en cours de nuit, l'optimisation de la direction des émissions de lumière pour en limiter l'impact, l'utilisation de l'éclairage passif, l'absence de mise en lumière du patrimoine naturel et bâti et la suppression des lampes à lumière blanche néfastes pour l'environnement et la santé publique.

Note Consulter le site Internet Plus d'infos La FRAPNA Isère édite un livret sur la pollution lumineuse
(article paru le 05/05/2010) Des petits points lumineux, de plus en plus nombreux, constellent les nuits des paysages rhône-alpins. Ces petites lumières sont magiques vues de loin, chaque village avec son église éclairée, symbole rassurant de la civilisation. Pourtant, en y r...

Lire la newsArticle publié le 07 janvier 2011 / Mélanie Favrot
© Tous droits réservés Actu-Environnement

Date : 17/01/2012
Paris – 17 janvier 2012 : L’ANPCEN vient de labelliser 88 communes françaises représentant 200 000 habitants, au concours 2011 « Villes et Villages Étoilés ». Leurs efforts en faveur d’une meilleure qualité de la nuit et de la réduction de la pollution lumineuse sont récompensés par un diplôme remis en janvier 2012 à tous les maires lauréats, une lettre-guide personnalisée et la capacité à poser un panneau aux entrées de la commune « ville étoilée » ou « village étoilé ».



La Charte de l'Eclairage durable

La Charte de l’Eclairage durable lancée par Noé propose un ensemble de bonnes pratiques pour un éclairage public qui répond aux attentes des citoyens, respecte la biodiversité et prend en compte les enjeux sociétaux liés au développement durable. Elle incite à une prise en compte de l’ensemble du cycle de vie des projets d’éclairage, pour optimiser le bilan environnemental global de l’éclairage public. La Charte de l’Eclairage durable s’inscrit dans une approche globale de gestion d’un parc d’éclairage et s’appuie sur les outils de référence déjà à disposition des collectivités pour des thèmes mieux connus (urbanisme lumière, sobriété énergétique, recyclage, etc.).

Guide d'accompagnement pour les connectivitées locales

Source : Noé Conservation


 

Association Causses-Cévennes d'action citoyenne
Avenue du Devois, Le Devois, Saint Sauveur Camprieu, 30750, tel 0467826111.
Site internet : http://www.adhca.com, Email : adhca@live.fr