Anduze

 

 

En construction



L’affaire signe l’époque. La santé de milliers de personnes a été très gravement affectée par des pollutions de l’air, de l’eau, des sols…, qui se sont perpétuées depuis des décennies jusqu’à aujourd’hui dans des proportions extravagantes.
A l’origine des mines, depuis longtemps abandonnées. Depuis des années les riverains se révoltent, les experts expertisent, les pouvoirs publics procrastinent, les medias dénoncent le scandale...

« L’obligation d’endurer nous donne le droit de savoir.
Et le fait de savoir nous offre la possibilité du changement. »
Rachel Louise Carson





Mots clé

Bergbaurisiken und Umweltverschmutzung in den Cevennen - Risks and Mining Pollution in the Cévennes - Riscos de mineração e poluição em Cévennes - Rischi minerarie e l'inquinamento nelle Cévennes - Riesgos minería y la contaminación en la región de Cevennes - Zagro?enia górnicze i zanieczyszcze? w Cevennes - Riscos mineria i la contaminació a la regió de Cevennes - Plomb - Arsenic - Cadnium -antimoine - thallium - Zinc - Plomo - Arsénico - Cadmio - Lead - bruit de fond



L'actualité





En 2016, Anduze a le taux de mortalité générale le plus élevé d'Occitanie


Certains prétendent qu'il n'y a jamais eu d'exploitation minière sur la commune.

D'autres parlent du Puits de la Vierge, d'exploitation à ciel ouvert des terres rouges sur les communes de Saint-Félix-de-Pallières, Tornac et d'Anduze.

On parle aussi d'une pelle mécanique de 80 tonnes prés de la gare !

Les indicateurs décrivant les déterminants sociaux et environnementaux de santé présentent tous des valeurs élevées ou très élevées, mettant en relief l’importance relative des situations de fragilité sociale dans la commune d’Anduze.



http://www.insee.fr/fr/themes/detail.asp?reg_id=99&ref_id=etat-civildeces

http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/donnees-detaillees/ etat-civil-deces/base_naissances_deces_2014.zip



 

Impacts des anciennes exploitations minières autour d'Anduze

Diagnostic environnemental personnalisé / Urine, sang, sols, eaux, végétaux, poussières

Une citoyenne habitante d'Anduze dont le foyer à été jugé prioritaire, nous communique l'analyse de Géodéris

Voila les documents que ni l'ARS, ni GEODERIS ne souhaite communiquer.

 

 

La maison est du 15 ième et le sol de la cave est en terre battue. Lors des inondation de 2002, il y a eu 3 mètres d'eau dans cette cave.





 

 

 

 

 



Les crues successives du Gardon auraient contaminées la plaine alluviale où sont situés logement et jardin de Marianne Plus, ce qui confirmerait la présence d'arsenic et de métaux lourds (plomb, cadmium) dans les sédiments du Gardon.

Peut-on extrapoler et supposer que les sédiments du Gardon se Saint-Jean et des autres ruisseaux, dans cette zone minière, soient aussi contaminés et que ce soit la chaine alimentaire qui soit une des causes de l'intoxication en métaux lourds d'une partie de la population ?

 


 

Polémique

Quelques commentaires concernant l’émission France 3 « Cévennes : Révélations sur une pollution cachée »
Bonifacio Iglesias, Maire d'Anduze, Prof. i. R. Dr. Peter Krauss, Chimie bio-inorganique, Université de Tuebingen 1er adjoint au Maire d’Anduze

A Monsieur le maire d'Anduze et a` son 1er adjoint
A. RENON et G. BARRE.pdf

 


 

 

LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE

VAGUES

Appel pour une signalisation publique des risques miniers
par Marc Laimé, vendredi 7 juillet 2017 @ 13:39

A l’initiative d’un réseau d’acteurs qui militent depuis de longues années contre l’omerta imposée sur les conséquences dramatiques pour la santé humaine et l’environnement des pollutions très graves localisées autour de milliers d’anciens sites miniers, la question de la signalisation de ces risques à destination du public est désormais posée.

Existe-t-il une réglementation à ce sujet ? Il semble bien que non, la cause est orpheline.

Il est pourtant urgent et vital de protéger la population de toute exposition accidentelle ou chronique aux matières dangereuses pour la santé de l’homme et de l’animal qui sont présentes autour de tous les anciens sites miniers.







Inspection générale des affaires sociales

Contamination par les métaux lourds d'habitants proches d'anciens sites miniers du Gard

A.Besson (IGAS) – A.Delaunay et P.Tardivon (CGEDD)


Divers rapports officiels et des alertes de la société civile ont mis en évidence des teneurs élevées de métaux lourds dans les sols et un risque pour la santé d'habitants proches d'anciens sites miniers du Gard, dont l'exploitation s'est étalée sur plus d'un siècle (du IInd Empire aux années 1970), dans les communes de Saint-Félix-de-Pallières, Saint-Sébastien-d'Aigrefeuille, Thoiras et Tornac.

La Ministre de l'environnement, de l'énergie et de la mer, la Ministre des affaires sociales et de la santé et la Ministre du logement et de l'habitat durable ont, par lettre du 3 mai 2016, mandaté le Conseil général de l'environnement et du développement durable et l'Inspection générale des affaires sociales pour une mission relative à cette contamination.

Dans ce cadre, la mission présente :

- des recommandations relatives à l'utilisation des données de santé recueillies ;

- un cadrage juridique des actions à entreprendre, le cas échéant en matière d'expropriation et/ou d'acquisition amiable des logements, ainsi que de relogement des populations concernées ;

- des recommandations relatives aux mesures conservatoires à prendre d'urgence, dans l'attente des résultats définitifs des expertises en cours, aux fins de protéger les personnes dont la santé est susceptible d'être compromise par leur exposition aux pollutions présentes sur ces sites.





Géodéris, dans le rapport en cours, se penche sur une étude du milieu.(sol, eau de consommation, légumes, fruits, poussières, etc). L'Association Causses-Cévennes d'action citoyenne, lors de la premiere réunion du Comité de pilotage et d'information de l'ancien site minier de la Croix de Pallière du 7 juin 2016 et la deuxième du 10 octobre 2016, a demandé que la qualié des eaux de baignade fasse aussi l'objet d'un contrôle plus poussé que le contrôle effectué à ce jour (bactériologie).

Sur l'Amous, L'arche; sur le Gardon, Le Castel Rose, le Pont d'Anduze.

La question que nous nous posons : est-ce que les elémens physico-chimiques font l'objet d'un contrôle ?


 

Mines, notre affaire à tous

Alors que les ravages provoqués par les anciennes mines commencent à peine à être pris en compte, le gouvernement et les industriels parlent d'en ouvrir de nouvelles. Mais notre approvisionnement en matières premières doit d'abord faire l'objet d'un débat citoyen.

Pour faire marcher vos ordinateurs, il faut 5 grammes d'or, et s'il n'y a pas des mecs qui vont les chercher dans les entrailles de la terre, vous aurez pas d'ordinateurs, les petits." Ancien mineur et syndicaliste, Robert Montané (1) n'a pas fini de voir mourir ses anciens collègues : dans un rayon de 15 km autour de l'ex-mine de Salsigne, dans l'Aude, le taux de cancers de l'estomac et des poumons est nettement plus élevé que la moyenne française.
Fermée en 2004, la dernière mine d'or de France, qui fut aussi l'une des plus importantes mines d'arsenic du monde, devrait empoisonner l'eau, la terre et les êtres vivants de la région pendant encore des milliers d'années. Depuis vingt ans, le préfet avait d'ailleurs l'habitude de publier chaque année un arrêté interdisant aux habitants de six communes riveraines de vendre ou de donner des carottes, des salades ou encore des poireaux (2), qui contenaient des quantités dangereuses d'arsenic, de plomb, de mercure et de cadmium.

Un gros passif enterré

Le cas de Salsigne n'est que la partie émergée d'un énorme iceberg. Déchets radioactifs dans le Limousin, mouvements de terrain en Lorraine et dans le Nord-Pas-de-Calais, remontée et pollution des nappes phréatiques, émanations de gaz, déchets riches en métaux lourds… Régulièrement, la loi du silence qui empêche les mineurs de " cracher dans la soupe " est brisée, et de nouveaux scandales sanitaires sont révélés - sans compter les territoires socialement et économiquement dévastés. " Sur une période de 150 ans, des centaines de sites miniers ont ouvert en France, rappelle un ingénieur des mines, membre de l'association Ingénieurs sans frontières - Systèmes extractifs et environnements (ISF SystExt). Il y a un gros passif à assumer. " Mais la plupart du temps, ce passif est enterré. En 1990, la dernière usine de charbon a fermé dans le Nord-Pas-de-Calais. En 1998, c'était le tour du fer de Lorraine, et en 2001, celui de l'uranium du Limousin. Les gisements les plus riches en minerais avaient déjà été exploités, et ceux qui restaient n'étaient plus assez rentables face à la concurrence internationale. L'industrie minière semblait appartenir au passé. Elle n'a pourtant jamais complètement disparu. Ouverte en 1991, une petite mine de bauxite, dans l'Hérault, fonctionne encore. En 2012, une autre a ouvert dans le même secteur. Et en 2013, patatras : pour la première fois depuis une trentaine d'années, l'Etat a accordé des permis d'exploration en vue d'exploiter des métaux. Huit permis ont été attribués à des sociétés privées, et neuf autres sont en attente (3). La trêve minière, en France hexagonale, aura duré à peine une dizaine d'années.

Une question de rentabilité

Pourquoi ce regain d'intérêt pour le sous-sol français ? C'est avant tout une question de rentabilité : la hausse des prix des métaux rend économiquement intéressants des gisements qui ne l'étaient pas auparavant. Cette hausse des prix s'explique, en partie, par une croissance de la demande. Les objets fabriqués sont de plus en plus complexes, et les pays émergents consomment davantage de matières premières minérales qu'autrefois. (4) On parle également de la posture d'Arnaud Montebourg, ancien ministre du Redressement productif, qui voulait relancer l'industrie minière, et de la volonté de l'Union européenne de sécuriser son approvisionnement en matières premières stratégiques.
Mais il y a des raisons plus profondes à ce renouveau : l'industrie minière est inscrite dans les gènes de l'économie française. " Pendant cent ans, la France a été l'un des plus grands pays miniers d'Europe, souligne notre militant d'ISF SystExt. Le pays s'est forgé sur cette industrie qui a fait sa richesse, et a développé de grands savoirs. Des batteries de gens du BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières, Ndlr) partaient en expatriation pour ouvrir des mines. Ce sont eux, par exemple, qui ont découvert le site de Yanacocha, au Pérou, qui est aujourd'hui une gigantesque mine d'or à ciel ouvert et qui constitue un scandale humain et écologique. " Les écoles des Mines sont encore un lieu de formation des élites françaises, signe que ce corps de métier a marqué durablement le tissu social et économique du pays. Il existe donc toujours, en France, un vivier d'ingénieurs et d'investisseurs convaincus de l'intérêt d'exploiter les minerais.
Ce qui a changé, c'est que les citoyens revendiquent désormais un droit de regard et de décision sur cette activité opaque. Un peu partout en France, des collectifs s'opposent aux nouveaux projets et se mobilisent pour que les dégâts provoqués par les anciennes exploitations soient pris en compte. Extraire des métaux : pour qui, pour quoi ? Cette question mérite des réponses collectives, et ne peut être laissée aux seules mains du petit monde de l'industrie minière.

19 août 2016 / Courtoisie L'âge de faire / Lisa Giachino






Nous allons essayer de mettre en résau et diffuser toutes les informations qui nous sont communiquées, par les services de l'état comme par exemple DDTM, BRGM, INERIS, GEODERIS, et par des associations menant une ou des actions relatives à des risques miniers et pollution minière ou industrielle dans notre région et en France.




 


Association Causses-Cévennes d'action citoyenne
Avenue du Devois, Le Devois, Saint Sauveur Camprieu, 30750, tel 0467826111.
Site internet : http://www.accac.eu Email: adhca@live.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 



 




Les résidus miniers français : typologie et impacts environnementaux potentiels


La petite histoire du Plomb et du Zinc en Cévennes



chap4-9-IEM-Saint-Laurent-BRGM-2008