Les dégâts du gibier



 

En construction

 


L'actualité






Le village de Camprieu se mobilise ...

 


 

La réglementation

 

 

 

Lisez l'intégralité du document...

 

Lisez l'intégralité du document...

 

Lisez l'intégralité du document...

 





Le document en haute définition...

 

Le bilan du plan de chasse cerf en cœur du Parc national des Cévennes pour la campagne 2017/2018

Cette analyse, accompagnée des différents suivis effectués ou à venir, ainsi que les doléances et constats adressés à l'EPPNC, seront présentés et portés au débat de la sous-commission cynégétique du 23 mai prochain à 9h, dasn les locaux du Parc national des Cévennes situés au Col de la Serreyrède.

 

 


 

 

 

Le village de Saint-Sauveur-Camprieu est situé hors parc, L'Espérou et Lanuéjols par contre sont en zone périfèrique du PNC.


 

Depuis plusieurs années, Saint-Sauveur-Camprieu, L'Espérou et Lanuejols subissent
les dégâts d'un troupeau de cervidés, et de sangliers. En 2017, cette situation est devenue difficile à supporter.

Ce sont les bacs à fleurs qui embellissent nos villages, les jardins potagers, les arbres fruitiers, les plantes d'ornement, tous nos jardins qui sont dévastés.

Nous vous proposons un document, fruit d'un difficile dialogue entre tous les acteurs intéressés par ce sujet, il s'adresse à tous et évolue en permanence suite aux diverses positions, questions et propositions à la recherche de solutions.



Les dégâts du cerfs dans l'Aigoual (Gard)

Depuis quand le cerf est-il présent dans le Parc National des Cévennes ?
Dès les premières années de son existence, le Parc national a engagé la réintroduction du cerf élaphe.
 

30/07/99 : Un rapport d'évaluation de la politique du Parc National des Cévennes est dressé par les Ingénieurs Généraux à l'attention du Ministère, à la page 13 on y lit : " Ces réintroduction du gibier n'ont pas été menée de façon ni scientifique ni prévisionnelle. Outre le fait qu'elles ont été relativement couteuses, elles se sont effectuées au coup par coup, en fonction de la mode o des "tocades" d'un décideur ou d'un groupe de pression. L'étude d’impact n'a pas été assuré, non plus notamment en ce qui concerne le cerf, que le suivi des populations introduites introduites, ni surtout de leur habitat : on a joué les apprentis sorciers".
     
En France, au cours des vingt dernières années, les tableaux de chasse annuels des chevreuils et des sangliers ont été multipliés par 6 et celui des cerfs par 3,6. Instaurés pour protéger des espèces menacées de disparition, les plans de chasse se révèlent inadaptés à la régulation des surpopulations. Pour preuve, la différence entre les autorisations de prélèvement et leurs réalisations. L'an dernier, les chasseurs avaient l'autorisation de tuer 49 000 cerfs, soit près de 14 000 de plus que le tableau de chasse effectivement réalisé. Cet écart de 40 % accélère l'augmentation des effectifs de cerfs. Source : http://syndicatdelachasse.com/actualite/oct/grand-gibier.htm
Dans le massif de l'Aigoual, coté Gard, quelles sont les communes concernées par les dégâts des cervidés ?
L'Espérou, Lanuéjols et Saint-Sauveur-Camprieu.
 
     
Depuis quand les cervidés sot-ils cause de nuisance ?
C'est au Favilhon que les premiers dégâts ont été constatées il y a une dizaine d'année dans les jardins des particuliers, ils se sont généralisés en 2017 dans toute la commune, même dans le centre du village.
 
     
Qui détiens les droits de chasse ?
Depuis la révolution de 1889, les propriètaires du foncier.

Nous aons demandé au PNC la communication de la réglementation pour :

Territoire de chasse aménagè
Territoire tranquillité AC
Territoire tranquillité TAC
Territoire de chasse AC

Cette demande est restée sans réponse.

Combien de chasseurs composent la Diane de Saint-Sauveur-Camprieu ?
La Diane de Saint-Sauveur -Camprieu est composé d'une quarantaine de 40 chasseurs.
La grande majorité sont des retraités
Pourquoi ne pas inviter des chasseurs des villages avoisinants ?
Comment renforcer les équipes de chasseurs locales ?
 
     
Le prix des bracelets sont-ils trop élevés ?
Pour la majorité les revenus des retraités sont inférieurs au SMIC.
Les revenus des retraités sont en diminution constante.
Quel est le prix des bracelets ?
Cerf = 200 €, biche = 120 €, daguet = 85 €, chevreuils = 30 €

Les coûts des bracelets sont-ils dissuasifs pour beaucoup.

     
Qu'elle somme faut-il débourser pour pouvoir chasser ?
Il faut un permis pour le Gard, un permis de l’Association cynégétiquelocale, celui du Parc National des Cévennes, une assurance, une carabine de chasse équipé d'une visé laser, une paire de jumelle Zeiss, des balles, gilet, rangers, parka, un chien, un puissant 4x4, etc...
 
La population de chasseurs ne rajeunis pas, en 2017, 8 d'entre eux n'auraient pas repris leur carte pour cause de grand âge ou de maladie.
Il y aurait 2 équies de chasseurs à Saint-Sauveur-Camprieu, ce qui n'arrange pas les choses.
 
 
 
Quel est le nombre de bracelets pour les cerfs alloués pour la commune de Saint-Sauveur-Camprieu ?
7
6 réalisés
Quel est le nombre de bracelets pour les bihes sont alloués pour la commune de Saint-Sauveur-Camprieu ?
15
10 réalisées
Quel est le nombre de bracelets pour les daguets sont alloués pour la commune de Saint-Sauveur-Camprieu ?
?
 
Quel est le nombre de bracelets pour les chevreuils sont alloués pour la commune de Saint-Sauveur-Camprieu ?
15
5 réalisés
Même si le nombre de bracelets est doublé, il est prévisible que pour le même problème des dégâts du gibier rien n'ai changé dans un an.
Il faut mettre en place des mesures efficaces.
Cultures nourissières, baisser le prix des bracelets, ...
     

La capacité d’accueil du milieu est-elle atteinte ?

En prélevant des individus on diminue la densité avec, pour conséquence directe, une augmentation du taux d’accroissement de la population.

La survie d'adulte peut être modulée par la chasse : si on augmente la mortalité (adulte) due à la chasse, on diminue le temps de génération. Et quand le temps de génération diminue, il se produit une diminution de la sensibilité des populations à cette mortalité adulte.
En d’autres termes, quand on chasse, on rend la population
moins sensible au prélèvement des biches ou chevrettes adultes ; elle est un peu moins sensible que lorsqu’elle est en plus forte densité ou qu’elle « tourne » moins vite, en l’absence de chasse.
     

Une forte pression de chasse, qui va diminuer la durée de vie des individus, va engendrer chez les individus qui ne sont pas prélevés une allocation plus importante à la reproduction, notamment en terme d’âge de première reproduction ou de taille des portées.

La gestion des populations doit être assurée par les chasseurs par l'intermédiaire des plans de chasse en vigueur sur les territoires.
Le principe 2/3 CEFF (femelles et faons) et 1/3 CEM (mâles coiffés) est-il le bon choix ?
     
Chaque printemps, à la fonte des neiges, un troupeau de plus de 40 à 60 cervidés sont observé sur le Devois.
Le chiffre de plus d'une centaine de cervidés est évoqué. Ce troupeau viendrait de Lozère.
 
Pour les biches, l'EP PNC met 121 bracelets à la disposition de la Diane de Camprieu. au prix unitaire de 83 €, quii les revend à 120 €.
 
 
 
   

Ne faut-il pas mieux aborder le sujet du comment réagissent les populations d’ongulés à la pression de chasse ?
 
   


Et si c'était la gestion de l'Office National des forêts et de l'EP PNC qui était à mettre en cause ?

Les réglementations mises en place par le PNC et la FD30 sont-elles mise en échec ?

     
Le cerf est-il une espèce emblématique du patrimoine faunistique de notre région, peut-il contribuer au développement du territoire ?
Pour l'Aigoual (Gard), minimum 50 et maximum100 animaux seraient abattus, dans la totalité du EP PNC, dix fois plus. Avec approximativement 500 bracelets seraient attribués pour le cerf, biches et daguets uniquement en 2016-2017
Qu'elle est l'utilisation de cette somme ?
     
Est-ce que le plan de chasse est réaliste (annexe n° 1) ? Serait il sous-estimé ?
Faut-il augmenter le nombre de bracelets ?
Faut-il augmenter le nombre de bracelets
     
La chasse est source de profits pour l'ONF, FC 30, Association Cynégétique du Parc National des Cévennes, la Diane de Camprieu.
60 000 € pour l'ONF ( Source : Aménagement forestier de la forêt domaniale de l'Aigoual)
Quelle est la somme et son utilisation ?
     
Comment l'association cynégétique assure le fonctionnement général du plan de chasse et les spécificités de son financement sur son territoire ?
Faut-il atteindre un équilibre entre revenus des ventes de bracelets et les sommes dépensées pour faire face aux dégâts du gros gibier ?
 
     
N'est-ce pas à la FD 30, l'ONF et l'EP PNC, l'Association Cynégétique du Parc National des Cévennes, la Diane de Camprieu. à résoudre le problème des dégâts du gibier.
Des solutions doivent être mise en œuvre le plus rapidement possible.
Faut-il rappeler le partie urbanisée de la commune de Saint-Sauveur-Camprieu ne fait pas partie du EP PNC.
     
Les espaces ouverts autour de notre village sont rapidement envahies par les genêts.
Les champs de genets offre une cachette idéale pour les biche pendant la journée.
 
     
Le printemps est la saison pendant laquelle l'écobuage est autorisé.
Pourquoi ne pas mettre à contribution les pompiers et écobuer les parcelles envahies par les genêts autour du village?
 
     
Une aide financière ou des moyens de protection doivent être proposés aux administrés sur l’ensemble des communes ayant une partie de leur territoire en zone cœur, adhérentes ou non à la charte du Parc national des Cévennes.

1 / Donner les moyen à la commune de Saint-Sauveur-Camprieu pour faire disparaitre les zones enbroussaillées proche du village.

2 / Donner des grillages pour protéger les potagers.

Responsable des dégâts, n'est-ce pas l'EP PNC qui doit être mis à contribution ?
     

Depuis des années l'ACCAC demandons à l'ONF de multiplier les coupes rase pour restaurer le bon débit dans nos cours d'eau.

Ces coupes rases, dans des espaces choisis comme le long des cours d'eau procureraient des espaces pour l'alimentation des cervidés et contruraient à les éloignerde nos villages.
 
     

Les comptages effectués à l'automne lors du brame sont-ils proche de la réalité ?

Les suivis mis en place pour les espèces soumises à plan de chasse dans le coeur du parc national des Cévennes sont-elles eficaces ?

Les indicateurs de changements écologiques, (ICE), et l ’indice kilométrique d’abondance nocturne, (IKA), permettent-ils une analyse des tableaux de chasse quantitatives et qualitatives précise ?

     

Années aprés années la population des cervidées est à la hausse, le nombre de chassseurs est à la baisse.

 

Les suivis mis en place (comptages nocturnes, brame, performance) et les observations diverses attestent cependant d'une population en très bon état de conservation et particulièrement dynamique sur l'Aigoual.
Comptage, plan de chasse sont-ils fait sous le contrôle d'un agent assermenté ?
     
Quel est le rôle de l’Association Cynégétique du Parc National des Cévennes ?
Elle effectue les comptages, établi les plan de chasse et indemnise les dégâts du gibier.
Elle fixe le nombre de bracelets
     

La gestion des populations doit être assurée par les chasseurs par l'intermédiaire des plans de chasse en vigueur sur les territoires.

Encore faut-il que les comptages soient réalistes ?
 
 
   

Comment éloigner les cervidés de notre village ?

 

Ne faut-il pas construire des râteliers avec fourrage, utiliser pierre de sel, cultures améliorées et point d'eau loin des villages comme cela serait fait dans les domaine de Chambord ou de Fontainebleau et ainsi éloigner les cervidés de nos villages ?

Le schéma départemental de gestion cynégétique doit-il envisager l'agrainage pour les cervidés ? A l'heure actuelle il n'est autorisé que pour les sangliers.

L'agrainage est une pratique cynégétique, elle consistant à nourrir des animaux sauvages, dans leur environnement, loin de nos villages.

Pour qu'elles raisons les cervidés se sont-ils installés dans le village ?

Le réchauffement climatique a-t-il quelque chose à voir avec la migration des cervidés de la Lozère vers nos villages ?

Le village et ses environs sont entretenus, beaucoup de champs sont fauché chaque année, les jardins des résidences sont entretenus et fleuries, la plupart sont des résidences secondaires inoccupé 11 mois sur 12, le ruisseau offre une eau abondante. Il y a une quarantaine de potagers. De bon légumes abondent.
Les pâturages ont disparus, embroussaillés par des épineux. Les espaces ouverts, les clairières se sont reboisés. Pas étonnant que les biches se soient installée dans ce beau village.

     
Est-ce que la forêt est devenue aussi inhospitalières pour les cervidés que pour les promeneurs ?
Les parcelles mises en exploitation sont encombrés de rémanents des coupes d'une épaisseur qui peut atteindre 1 mètre.
Les rémanents ne modifient-ils pas la capacité d’accueil de la forêt pour les cervidés ?
     
Devons-nous renoncer à nous nourrir avec de légumes sans pesticides, insecticides et autre produit phytosanitaires ?
Fleurs, arbres fruitiers, rosiers, buissons, légumes, (salades, haricots, fraisiers, poireaux, blettes, betteraves, carottes, rie n'échappent à leur appétit, à l'exception des courgettes , les dégâts sont considérable sur les écorces des arbres fruitiers.
Cette perspecive est inacceptable.
     
Les faons connaissent le chemin de nos jardins, les biches ont fait leur apprentissage.
Les landes fermées ou en voie de fermeture tout autour du village permettent à ces animaux de se cacher le jour. Il y a de l'eau et de la nourriture
Si rien n'est fait, tout laisse à penser que leur présence risque d'être durable.
     
Quel est le rôle de la Fédération des chasseurs du Gard
Elle établi les plan de chasse, le prix des permis, gère les dégâts du gibiers, etc .
A-t-elle un rôle dans l'EP PNC ?
     
La venaison pourrait être valorisée localement avant de mettre en place un système à plus grande échelle.
La réponse des chasseurs à Camprieu : Nous ne sommes pas des bouchers !
 
     
Pour la gestion de la chasse dans la EP PNC, cette institution publique aura du mal a ne pas être mis en cause pour les dégâts.
C'est le parc qui a introduit les grands cervidés, ils proviennent de la zone cœur du Parc, doit assumer ses responsabilités.
L'EP PNC doit mettre des mesures efficaces pour fixer ces animaux loin de nos villages. Foin, sel et eau accompagné du défrichage des espaces envahis récemment par la forêt devrait éloigner durablement les cervidés.
     

La chasse est source de revenus loin d'être négligeable, autant pour l'ONF que pour l'EP PNC.
     
Les chasseurs, la Fédération, le PNC, l'ONF, doivent trouver une solution. En cas d'échec, les lieutenants de louveterie peuvent venir à la rescousse. Si les plans de chasse ne sont pas atteint, et il peuvent être mis à l'œuvre sur ordre des services de la Préfecture.
Une solution à éviter à tout prix, elle créerait un climat de conflit avec les chasseuts de notre village.
Les cervidée viennent de la zone Cœur du PNC, les résultats seraient nuls.
     
Le EP PNC réalise les comptages, définit les plan de chasse, rédige les bilans, distribue les indemnisations, rédige les arrêtés, réalise les contrôles, etc. Est-il juge est partie ? Est-il soumis à un contrôle d'un agent assermenté ?
     

Une procédure est envisageable : c'est le code civil, article 1382 : les responsabilités du détenteur des droits de chasse peuvent être engagées devant le Tribunal d'Instance ou le Tribunal de Grande nstance.

« tout fait quelconque de l'homme, qui cause un dommage à autrui, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer ».

     


Proposition de l'Association Causses-Cévennes d'action citoyenne

Comment éloigner le gros gibier de nos villages ?

Si l'agrainage n'est pas autorisé par Le schéma départemental de gestion cynégétique pour quoi ne pas défricher ce qui était autrefis de prés et mettre en place des parcelles avec des cultures améliorées dans des parcelles éloignées de nos village ? C'est une pratique respectueuse de la réglementation. C'est du gagnant gagnant pour la faune, la flore et nos ruisseaux.

Que peuvent faire les habitants de nos villages ?
Rien qui puisse les attirer.
Arrêter de nourrir les biches avec, par exemple, du pain sec ou des pommes


Enrichissez ce débat avec propositions, commentaires; ils sont les bienvenus...


 

A cette série de questions, la seule réaction que nous avons recueillie émanera du chef de service du service environnement et forêt de la DDTM du Gard :

" Vous habitez à la campagne : achetez-vous 150 m de grillage et protégez votre potagers " !

"J'ai pensé vous envoyer les lieutenants de louveterie, et si ça continu, je vous envoye des chasseurs " !

Le droit de chasse en France est lié au droit de propriété réglementé par la loi dans l’intérêt général. Pour accéder à ce droit, les chasseurs s’organisent en associations, en sociétés de chasse ou en individuels ayant le droit de chasse.

Est-ce à
monsieur le chef de service du service environnement et forêt de la DDTM du Gard
à décider qui doit chasser sur la commune de Saint-Sauveur-Camprieu ?

Est-ce à monsieur le chef de service du service environnement et forêt de la DDTM du Gard à décider qui doit chasser dans la zone cœur du PNC sur la commune de Saint-Sauveur-Camprieu ?

Faut-il préciser que ce ne sont pas que les potagers qu'ils devraient être protégés mais tous nos jardins, nous cultivon aussi des plantes d'ornement..
Le coût pour clôturer un jardin de 1 500 m², avec un portail capable d'empêcher des biches de pénétrer n'est pas néglijable, il dépasserait les 1000 €.
Faut-il préciser que les biches sautent allégrement plus de 2 mètres en hauteur.
Avec les enneigements fréquents et les vents violents, les clôtures d'un minimum de 2 mètres ne sont pas d'usage. Elles sont trop vulnérables et particulièrement inesthétiques.




A titre personnel, j'ai interpelé madame la directrice du PNC. En voici un extrait.

Objet : Demande de mesures compensatoires pour les dégâts du gibier dans la parcelle où je réside dans le lotissement du Devois à Saint Sauveur Camprieu en application du contrat de prévention des dégâts du gibier dans les jardins des particuliers.

Référence : Articles.421-5 et L.421-14 du Code de l’environnement

Madame

Depuis le mois de mai, les parcelles de notre lotissement reçoivent la visite régulière d'un groupe de biches.

Aucun des légumes plantés ou semés n'ont été récoltés. Arbres fruitiers, plantes d’ornement, rosiers ont subit les dégâts considérables.

Je cultive pour ma consommation des légumes comme des betteraves rouges, blettes, haricots, salades, plusieurs variétés de choux, radis, courgettes, fraises, un jardin potager d’approximativement 40 M2.

Je demande votre intervention, dans les conditions fixées par la réglementation et la mise en application du fonds dénommé Fonds cynégétique national sensé assurer la prévention et l’indemnisation des dégâts de grand gibier par les fédérations départementales des chasseurs.

 

Ce courrier sera accompagné des recommandation suivantes.

 

 




Annexe n° 1

 

Annexe n° 2

 

Nombre de permis de chasse validés entre 1981 et 2005

 

Le document en haute définition

 


Lire ce document dans son intégralité...

 

Lire ce document dans son intégralité...

 


Lire ce document dans son intégralité...

 

Barème d’indemnisation des dégâts de grand gibier aux productions agricoles

 


 

Le Grand Gibier / d’après LE MONDE / Dégâts du grand gibier – Trop de grand gibier – Indemnisation

Une approche économique des dégâts de gibier. Indemnisation, prix et propriété / Laurent Carnis et François Facchini

SCHEMA DEPARTEMENTAL DE GESTION CYNEGETIQUE Du GARD / Fédération Départementale des Chasseurs du Gard





Association Causses-Cévennes d'action citoyenne

Avenue du Devois, Le Devois, Saint Sauveur Camprieu, 30750, tel 0467826111.
Site internet : http://www.accac.eu Email: adhca@live.fr