Prat Peyrot




La communauté de communes de l'Aigoual, soucieuse du futur développement du pôle touristique et d'activités que représente le Mont Aigoual, à lancé cette étude en 2010.
Cette étude à été réalisé par l'Equipe Chibaudel - Amphoux -AGC Consultants.

Etat_des_lieux du territoire.pdf

 

La station de ski de Prat Peyrot est une station de moyenne montagne (1 440 m d'altitude) située à quelques kilomètres à l'ouest du sommet de l'Aigoual. Une de ses caractéristiques essentielles est que le domaine skiable est dissocié (4 km) de la station d'hébergements " l'Espérou ".
Elle est dotée de treize remontées mécaniques, quinze pistes de ski alpin (5 vertes, 6 bleues, 4 rouges), soixante kilomètres de pistes de ski de fond et une boucle raquette.

C'est un espace d'apprentissage de la glisse et de loisirs sans équivalent dans le Gard et l'Hérault ; cet espace draine un large public local (Montpellier, Nîmes, un bassin de chalandise d'environ 600 000 habitants). Elle attire essentiellement des visiteurs à la journée (cf volume du parking), des touristes, venus des agglomérations voisines de Montpellier, Nîmes ou Millau, soit un rayon de 1h30 en voiture. C'est une offre accessible physiquement et financièrement pour ces populations. La station n'est pas desservie par un transport collectif.

Pour ce bassin, Prat Peyrot est l'offre (à la journée) la plus proche : les stations des Alpes du Sud (Isola 2000) comme les Pyrénées (Ax) sont à plus de 3h de route et les stations du sud du massif central à plus de 2h de route.

La gestion du service de remontées mécaniques est assurée en régie municipale par la commune de Valleraugue, tout comme le snack situé à proximité directe permettant aux skieurs de se restaurer. La station de Prat Peyrot (plus le snack) offre (statistiques à fin avril 2003) un emploi permanent à 4 agents communaux (titulaires de la fonction publique territoriale), un emploi saisonnier à temps plein à 7 personnes et un complément d'activité (emploi saisonnier à la journée) à un nombre variable de personnes (entre 36 et 43, dépendant des années).

Sur le plan local, la station de Prat Peyrot permet donc directement à 45 / 54 personnes, et donc familles, de " vivre au pays " et est une locomotive économique touristique hivernale indispensable (économie touristique et résidentielle) pour le Massif de l'Aigoual.

Les espaces publics : une réflexion globale des logiques de flux et de qualité des espaces publics est nécessaire

L'environnement urbain : la gestion difficile de la circulation et du stationnement automobile lors de période de pointe Prat Peyrot est isolée de tout contexte urbain.

On constate cependant lors de périodes de pointes (week-end) une difficulté de gestion de la circulation automobile ainsi que du stationnement, ces difficultés pouvant compromettre la sécurité de tous (piétons cheminant sur les voies, obturation par du stationnement sauvage les accès pompiers, difficulté d'acheminement des véhicules de secours, pas de " dropping zone " d'hélicoptère matérialisée et sécurisée.

Ces problématiques de gestion de circulation et stationnement, de sécurité générale, semblent tellement lourdes qu'elles ont fait l'objet de nombreux rapports de la gendarmerie locale, la sous-préfecture a pris le dossier en main et travaille avec la commune de Valleraugue à la résolution de ces problématiques.
Pour l'instant aucune donnée issue d'un comptage routier ou des véhicules stationnés lors de périodes de pointe n'ont été fournie, nous ne connaissons que les linéaires maximum occupés par le stationnement.

On constate d'une part que la sécurité des piétons (présence de nombreux enfants) est à assurer notamment lors du cheminement entre le véhicule stationné et la caisse des remontées mécaniques / le domaine skiable ou lors de croisement de flux piétons entre le domaine et le snack avec la voie automobile, d'autre part la structure actuelle du domaine skiable n'offre que peu d'espace aux piétons ou à la pratique de la luge.


Il convient :

D'avoir une réflexion globale sur les usages et qualité des espaces publics, sur la fluidité et l'enchaînement des flux (stationnement / accès au domaine / organiser et scénographier les différentes pratiques). Le piéton doit être privilégié.
de dimensionner et sécuriser les espaces affectés aux différentes pratiques … en veillant à l'accessibilité et notamment handicapée (l'accessibilité PMR des bâtiments de la station et notamment le snack et les toilettes n'est pas conforme).
? de conserver la qualité architecturale des bâtiments existants, les extensions, ajouts ou voisinages
devront être de facture contemporaine et non d'un pseudo-esprit montagne (le style simili savoyard par exemple).

La commune de Valleraugue a actuellement des projets prêts à mettre en œuvre pour améliorer la situation :
- le déplacement d'ESF et la réactivation d'un TSK permettrait d'offrir un espace de luge de belle qualité ainsi qu'un réel espace d'apprentissage gratuit,
- un projet d'extension des zones de stationnement sera réalisé au printemps 2011.
Ces projets ponctuels amélioreront la situation mais ne résoudront pas l'ensemble des problèmes, notamment la sécurisation des piétons. Une réflexion globale sur les espaces avec la mise en lien des différents projets en cours est la solution.

Le domaine skiable, le parc de remontées mécaniques

Le contexte réglementaire lourd : les sols appartiennent à l'ONF, il y a une convention d'occupation entre l'ONF et la commune de Valleraugue (un loyer est payé). Le domaine est situé en zone coeur du Parc National des Cévennes, dans une zone Natura 2000, et à cheval sur deux communes, deux départements.
Ce contexte ne permet pas d'envisager dans un remodelage et/ou un agrandissement " rapide " du domaine skiable.
Il est par contre possible de remplacer les appareils de RM déjà en place ; les travaux de construction ou de modification substantielle des remontées mécaniques définies à l'article L. 342-7 du code du tourisme sont soumis à autorisation, d'une part, avant l'exécution des travaux et, d'autre part, avant la mise en exploitation.

Le service de remontées mécaniques est un service de transports dont la compétence d'autorité organisatrice est détenue par la commune : voir l'article L342-9 (Loi nº 2006-437 du 14 avril 2006 art. 24 II Journal Officiel du 15 avril 2006) :
Le service des remontées mécaniques, le cas échéant étendu aux installations nécessaires à l'exploitation des pistes de ski, est organisé par les communes sur le territoire desquelles elles sont situées ou par leurs groupements ou par le département auquel elles peuvent confier par convention, dans les limites d'un périmètre géographique défini, l'organisation et la mise en œuvre du service.
Les communes ou leurs groupements peuvent s'associer, à leur demande, au département pour organiser ce service.

Il manque de point de vue qualifié sur :
- la vétusté (à apprécier) du parc, les besoins de réinvestissement et les échéances
- la qualité de l'entretien et la charge financière qu'elle doit représenter
- les coûts de fonctionnement (sont-ils " normaux " ou exagérés ?) tant du parc, que des engins d'entretien, que des canons à neige.

Echéances réglementaires :
Les remontées mécaniques sont soumises à une réglementation sévère, supervisée par le Service Technique des Remontées Mécaniques et des Transports Guidés, basé à Clermont-Ferrand pour le Massif Central. L'inspection aux 30 ans des appareils est un moment important auquel est suspendue la poursuite du droit d'exploiter. Le temps des premières inspections est arrivé, on ne sait pas encore si des investissements seront nécessaires pour la poursuite d'exploitation.

L'enneigement est très variable d'une année sur l'autre, la fréquentation (et donc la vente de forfaits) s'en ressent : on oscille entre 11 455 jours de fréquentation du domaine alpin (1 045 pour le fond) durant l'hiver 2006/2007 et 53 105 jours de fréquentation du domaine alpin (3 612 pour le fond) durant l'hiver 2008/2009.
La présence de 85 canons à neige pourrait permettre de compenser la faiblesse de l'enneigement certaines années, mais les chiffres cités précédemment montrent que l'enneigement artificiel ne permet pas de lisser la fréquentation du domaine d'une année sur l'autre.

Les régies :


1-Prat Peyrot

2-Chalet de Prat Peyrot

Une première lecture du bilan comptable et financier des 4 dernières saisons montre que la situation est difficile et que les subventions permettent de combler le déficit et d'assurer le stade de neige pour les agglomérations de proximité : le déficit semble structurel.
Le déficit semble dû en grande partie aux investissements nécessaires, mais les informations sont un peu elliptiques pour se faire une idée précise.
On pressent que le fonctionnement, la gestion de la station, pourrait être optimisé ; cela passe par une réflexion sur le management.

L 'année 2008 semble être une année d'équilibre pour la régie 1 (station de ski) : il y 5 537 € d'excédent (35 000 ) en déficit en fait car le département abonde à hauteur de 40 896 euros). Il faut également prendre en compte le 205 208 euros de déficit rapporté … l'équilibre n'y est en fait pas ; la vente de presque 26 000 jours de ski alpin et de 2 200 jours de ski de fond n'est pas suffisante pour assurer l'équilibre.
Les canons à neige ne suffisent pas à lisser la fréquentation d'une année de neige par rapport à une sans ; le développement d'une activité complémentaire aux pratiques liées à la neige permettrait sans doute de conserver la clientèle d'une année sur l'autre.

La lecture des tableaux de vente montre que l'activité neige est concentrée sur une période définie. Pour exemple, pour 100 jours d'ouverture en 09/10, le nombre de forfaits vendus est de 34 279 alors que pour la saison précédente, avec 63 jours d'ouverture, ce même nombre est de 57775.

Fait notable, la station fonctionne à plein pendant les week-ends et les vacances scolaires et très peu en semaine ; l'enjeu est bien d'attirer une clientèle complémentaire à l'actuelle (les lundi-mardi-jeudi et vendredi hors vacances scolaires).

Les questions que l'on se pose :
- Quelles sont les pistes d'amélioration de la situation ?
- Améliorer la gestion de la station, de son parc ?
- Elargir la clientèle vers des usages du lundi-mardi-jeudi-vendredi (en semaine) ? on pense plus particulièrement aux 80 000 étudiants habitant Nîmes et Montpellier
- Imaginer de nouveaux produits pour équilibrer les comptes (faire payer le stationnement ? big air bag ?
slalom parallèle (chronométrage pour des courses entre amis) ? ça pourrait être des produits pour animer des séminaires)
- Elargir une offre d'activités complémentaires et payantes ?
- Quel devrait être l'état d'équilibre de la station ?
- Et si on n'arrive pas à équilibrer les comptes de la station … quelle pourrait-être la meilleure façon de gérer le déficit.

L'Observatoire est un bâtiment à l'architecture massive, emblématique.

Le gîte d'étape et la buvette appartiennent à la commune de Valleraugue et ne sont ouvertes que l'été ; elles sont gérées par une régie municipale : régie 3 " Chalet Mont Aigoual ". Cette régie semble déficitaire d'une année sur l'autre, voici un tableau récapitulatif des années 2004-2008 :

Source : L'Aigoual Mythique


Rapport d'observations définitives n° 146/429 du 08/04/2014

COMMUNE DE VALLERAUGUE

Exercices 2008 et suivants

1.3. Présentation de la station de sport d'hiver : Prat-Peyrot

Prat Peyrot est une petite station de ski de moyenne altitude située dans le massif de l'Aigoual. Ce massif est situé au Sud du massif central, à la limite du Gard et de la Lozère, et son point culminant est le mont Aigoual (en occitan Augal), qui culmine à 1 565 mètres. C'est le second sommet des Cévennes, après le mont Lozère (1 699 mètres).

Le domaine s'étend entre 1 300 et 1 400 m d'altitude. Il bénéficie du climat typique des Cévennes qui lui apporte parfois de très fortes précipitations (parfois plus d'un mètre de neige en moins d'une journée), mais aussi souvent du vent froid (tramontane) ou chaud (sirocco) qui fait alors fondre la neige très rapidement.

Gérée en régie municipale, la station de Prat-Peyrot se trouve à 85 kms de Montpellier, soit environ 1h40 en voiture, 102 kms de Nîmes, soit environ 2h en voiture, et à 23 kms de Valleraugue (35 minutes). Elle présente les principales caractéristiques suivantes :

- 15 pistes de ski alpin assez courtes : 5 pistes vertes, 6 pistes bleues, 4 pistes rouges (voir annexe n°1).
- 13 remontées mécaniques ;
- 83 canons à neige et 3 dameuses ;
- 60 kms de pistes de ski de fond dans des paysages protégés au sein du parc national des Cévennes (voir annexe 2) ;
- Une piste de luge et des parcours de raquettes à L'Espérou (village situé à 3,5 kms de la station) ; une école de ski français avec possibilité de cours individuels ou collectifs de ski de fond ou alpin ; restauration sur place : cafétéria et chalet hors sac (pique-nique à l'intérieur). Ce service est géré en régie.

Particularité de la station, les clients n'ont pas la possibilité de louer du matériel au pied des pistes, les personnes non informées devant alors redescendre à L'Espérou pour s'équiper. Il en est de même pour l'offre d'hébergement, la plus proche se situant également dans ce village de L'Espérou.

Il est aussi possible de pratiquer la randonnée pédestre et équestre ainsi que le VTT en dehors de la période hivernale, avec près de 120 kilomètres de pistes balisées.

Par ailleurs, la station de ski se situe sur le parc national des Cévennes, territoire appartenant à l'Etat et géré par l'Office national des forêts (ONF).

Emprise Durée Période Redevance
Terrain pour pratique de ski nordique 9 ans Du 01/01/2007 au 31/12/2015 A titre gratuit, frais de dossier unique de 350 € HT
Ski nordique (23 kms) y compris gîte, domaine située géographiquement sur la commune de Meyrueis 9 ans Du 01/07/2004 au 01/07/2013 Redevance annuelle forfaitaire de 588,75 € et frais de dossier unique de 90 € HT
Piste initiation de ski alpin (4 000 m²) et chalet de 15 m² 9 ans Du 01/01/2005 au 31/12/2013 300 € annuel et frais de dossier unique de 90 €
Emprise des remontées mécaniques (téléski + 2 pistes l'Hermitage et abri en bois) 9 ans Du 01/01/2007 au 31/12/2015 Redevance de 350 € (révisable tous les ans)
Forêt domaniale de l'Etat et partie sur la commune de Meyrueis, périmètre correspondant à l'exploitation de la zone comportant les pistes, les remontées mécaniques et les bâtiments divers d'exploitation, soit 27,47 ha 16 ans Du 01/10/2006 au 30/09/2022 Partie fixe révisable annuellement de 1 236 € et partie variable de 2 % du chiffre d'affaires de la station.
Frais de dossier unique de 1 500 €

Ces conventions sont précaires, révocables et de simple tolérance. L'ONF doit, de plus, être consulté à l'occasion de tout aménagement, avec un plan prévisionnel à produire. Un programme de reboisement compensateur initié en 1997 a été reconduit, avec une superficie initiale de 44,35 ha, et il restait encore en 2006 à la charge de la commune de Valleraugue 25 ha à reboiser. Curieusement, la convention reprend l'échéancier établi par avenant en 1997 avec un arrêt du programme de reboisement en 2029 alors que son propre terme est fixé à 2022.

Sur la période 2008-2012, l'ONF a perçu annuellement au titre de ces concessions entre 4 500 € et 13 500 €, les meilleures années étant les saisons 2008-2009 et 2009-2010, avec un chiffre d'affaires dégagé par la station déterminant un montant de redevance plus élevé.

Le versement de cette redevance par la commune ne facilite pas l'atteinte de l'équilibre pour l'activité ski. La convention passée avec l'ONF, en plus d'indexer la redevance sur le chiffre d'affaires, prévoit également un dédommagement " en nature " par l'intermédiaire du programme de reboisement.

Lisez intégralité de ce document...


Association de Défense des Habitants Contribuables de l’Aigoual,
Avenue du Devois, Le Devois, Saint Sauveur Camprieu, 30750, tel 0467826111.
Site internet : http://www.adhca.com, Email : adhca@live.fr